samedi 23 avril 2016

travaux de printemps : herbe et essai de paillage



Exceptionnellement, j’ai fini de tailler début avril, en effet, outre l’hiver assez chaud que nous avons eu, j’ai passé une grande partie de l’hiver à concevoir un projet de chai bioclimatique pour mon domaine. J’ai fait l’architecte moi-même et le permis déposé en décembre vient d’être validé. La nouvelle cave sera adossée au bâtiment existant et enterrée à 70%. La structure sera basée sur une charpente bois non traitée (en pin douglas, naturellement imputrescible). 
Je compte ensuite monter des murs non porteurs en paille recouverte d’un enduit à la chaux. La paille offre la meilleure résistance thermique possible pour un coût de revient très faible et la chaux permet la régulation de la vapeur d’eau dans la cave. La toiture sera isolée en laine de mouton. Elle offre un grand confort aux animaux, pourquoi pas au vin ? 
Je pensais démarrer les travaux ce printemps mais je vais repousser à l’hiver prochain, c’est plus raisonnable ! Vous serez bien sûr invités à venir découvrir cette nouvelle cave innovante !
J’ai passé aussi beaucoup de temps à la formation des jeunes ceps de ma vigne de Saint Joseph rouge plantée il y a deux ans maintenant. Elle devrait donner ses premiers raisins cette année. J’attends le verdict avec impatience !!!
Enfin, j'ai fait les foins... euh disons que je me suis fait prendre par l'herbe alors il fallait agir : broyeur suivi du cultivateur mais l'herbe va vite reprendre et il va falloir y retourner très vite. 
J'ai aussi démarré un essai à Serrières, toujours dans le but d'une conversion au bio d'ici quelques temps : un paillage à base de toile de jute en rouleau pour empêcher l'herbe de pousser là où je ne peu pas passer de cultivateur. La toile est sensée durer 3 ans... On verra !
On peu se faire une petite idée du terroir sur la dernière photo... Que du cailloux !!!
A bientôt








mercredi 3 février 2016

Chai bioclimatique à Pélussin

Chers amis,

Le voici le voilà le projet tant attendu : une cave fonctionnelle et spacieuse pour, enfin, travailler dans de bonnes conditions. Kesscéksa travailler dans de bonnes conditions ? 
Alors voilà c'est :
- en premier lieu, pouvoir travailler au sec à l'abri du vent. Jusqu'ici, à la cave, une grande partie du travail se fait sur une terrasse dehors. C'est bien quand il fait beau, moins quand il fait froid et pluvieux.
 


- en deuxième lieu, pouvoir travailler sans avoir à déplacer tout le reste de la cave... je voudrais soutirer cette cuve, mais avant il faudrait libérer ce tonneau mais pour cela il faudrait étiqueter les bouteilles entassées devant, pour cela, il faudrait aller chercher l'étiqueteuse qui est dans le garage, pour cela, il faudra sortir la voiture de papa dudit garage... A la fin de la journée, j'ai bien travaillé mais pas trop avancé...

- en 3, je dirai... dans une cave qui ressemble à ma conception de ce métier, la plus naturelle possible !!! 

 Donc à la fin des vendanges 2015, j'ai décidé de me lancer et de construire une cave. Mais pas n'importe quelle cave : un chai bioclimatique. Pourquoi"bioclimatique"?
- D'abord parce que je ne souhaite ni chauffage, ni climatisation... ou au minimum. 
- Ensuite, parce que, comme à la vigne, je veux une cave faite avec des produits les plus sains possible.
- parce que je préfère l'aspect d'une charpente traditionnelle et des enduits à la chaux plutôt que le béton, les moellons et une charpente métallique.
- parce que je n'ai pas les moyens financiers de me payer un chai luxueux clé en main et que je vais le faire petit à petit.

voilà donc le projet :
- Charpente traditionnelle en Douglas (non traité) naturellement imputrescible de 300m² divisée en 6 travées
- un auvent de 45 m² (une travée)
- murs en béton de chanvre et chaux (blocs monomurs) et enduits à la chaux
- une partie enterrée avec une dalle porteuse comme toiture (seule concession au béton armé...) de 40 m² destinée au stockage bouteille
Au total 340 m² au sol.

Si vous voulez participer à ce projet, commencez par voter pour moi en suivant ce lien :

Aujourd'hui, le permis de construire est posé, verdict fin mars... Je consulte actuellement les entreprises (c'est presque fini). 
Travaux prévus dès avril si possible.

A bientôt pour le suivi de chantier et la pose de la première pierre

Benoît




vendredi 6 novembre 2015

Salon du vin "les journées gourmandes" au casino le Lyon vert

Chers amis,

A peine de retour du salon de Seclin, dans le Nord, voici que je prépare un nouveau salon dans la région de Lyon. J'invite donc tous les amateurs de bons vins à venir me rendre visite au salon.
Vous pouvez télécharger cette invitation pour vous rendre au salon. Le salon dure 4 jours, si vous partez en montagne ou à la mer le WE, venez le vendredi ou le lundi (ouverture jusqu'à 21h le vendredi ) !!!
Sur ce lien, les horaires et le plan du salon .
Je vous conseille de venir avec un verre qui vous suivra tout au long du salon.
N'hésitez pas à emmener famille, amis et voisins, ils seront les bienvenus.

A bientôt donc

Benoît

lundi 26 octobre 2015

Tour de cave au domaine.

Hier nous avons fait un tour de cave avec un bon copain vigneron en Côte-Rôtie. C'est le premier à goûter mes 2015. On a goûté aussi la Tupinette 2014 mise en bouteille la semaine dernière (troisième feuille du Coteau de Tupin en Côte-Rôtie). 
Au début, il était réservé sur la Tupinette mais il a bien retrouvé le goût de terroir de la Côte-Rôtie et on a presque fini la bouteille. "Excellent" a-t-il fini par dire ! 
Sans que je lui dise, il a aussi retrouvé le terroir dans la future cuvée "Petit patagon" 2015, syrah sur schiste sans que je lui dise d'où ça vient. Ça me conforte dans l'idée de faire une cuvée spéciale avec ce vin. Il m'a dit aussi que je mes vins était "fins", ce n'est pas facile quand on n'érafle pas, et qu'il ne fallait surtout pas changer de style ! Mention bien pour les 2015 donc !!!
ça m'a fait plaisir parce qu'il est une référence pour moi, j'ai appris le métier à ses côtés et qu'il apprécie mes vins est rassurant et gratifiant.
Il a aussi bien apprécié le Côte-Rôtie "Coteau de Tupin 2015".
Pour lui, on ne refera jamais un millésime comme 2015, c'est exceptionnel... en tout cas pour les rouges. Il pense que les blancs 2014 sont meilleurs. 

Une idée cuisine : un émincé de volaille à la crème et aux bolets (faire frire les bolets dans l'huile d'olive) le tout accompagné de Tagliatelles et d'une vieille marsanne puissante (hier, un hermitage blanc 2004 de la cave de Tain l'Hermitage) mais on peut aussi prendre un de mes Saint Joseph blanc (2011 bien adapté)

Ce Week-end, rendez vous au salon de Seclin, du vendredi 30 octobre au lundi 2 novembre.
L'entrée est gratuite mais il vaut mieux emmener son verre ou l'acheter à l'entrée. Venez nombreux !

vendredi 21 août 2015

Domaine Benoît ROSEAU sur les starting blocks

Domaine Benoît ROSEAU bientôt disponible en Californie (veritas imports) le vin est prêt à partir !
Apparemment ça plaît : une palette de Rosette et Saint Péray est partie fin mai à Seattle, le vin a été vendu en trois ou quatre jour, du coup une nouvelle commande pour l'état de Washington est aussi prête à partir !!!

Les vendanges approchent mais toujours pas d'eau. c'est là qu'on voit les grands terroirs : la Côte-Rôtie n'a pas l'air de souffrir trop alors que les vignes sont jeunes. A Condrieu, belle récolte en perspective et là les grappe sont dodues malgré la sécheresse. Quels terroirs !
Pour mes vignes ardéchoises, c'est plus raide, c'est presque la peau sur les os, euh, sur les pépins...

Je vous tiens au courant pour les vendanges, peut-être fin de semaine prochaine (29 août) selon les analyses de maturité de lundi prochain.

mardi 23 juin 2015

Sélection du New-York times pour l'été: ma syrah de Rosette.

Il y a aussi Nicolas Gonin!
voici l'article de Eric Asimov :
Benoit Roseau I.G.P. Collines Rhodaniennes Syrah de Rosette 2012
This smoky, savory, light-bodied syrah comes from the Collines Rhodaniennes, hillside vineyards outside the most esteemed areas of the northern Rhône. It’s not a wine that suggests the mysteries of terroir. It’s simply pure pleasure and low in alcohol. Lightly chilled, it’s perfect with charcuterie. (M.F.W. Wine Company/T. Elenteny Imports, New York)

samedi 18 avril 2015

Activités hivernales

bonjour à tous

D'aucun disent que je ne parle plus beaucoup sur mon blog, c'est normal, avec l'arrivée du Smartphone dans votre domaine viticole favori, j'utilise plus facilement Facebook pour poster des photos et vous faire partager au jour le jour mes aventures (https://www.facebook.com/broseau). 
En ce moment, outre le travail de la vigne classique (taille), j'ai mis en place un certain nombre de tâches pour améliorer la qualité des vins, la quantité (il faut bien que je finisse par me payer un jour) et la qualité de travail.
J'ai donc commencé par faire des analyses de sol l'année dernière pour savoir où en sont les vignes. D'après les résultats j'ai donc fait un chaulage au printemps dernier dans les parcelles qui en avait besoin (Condrieu, Côte-Rôtie, Autour du Pigeonnier) puis compost de fumier de mouton sur les vignes où la vigueur est faible et où il manque de la matière organique (relance et entretien de la vie du sol surtout à Condrieu, en Saint Joseph Blanc, et un peu sur la Syrah de Rosette.
Pour les vignes de Pélussin, qui manquent de Calcium et de Magnésium, un peu de cendres de bois (issues de chênes de Côte-Rôtie). Je leur destine aussi le compost que je fais à base de 2/3 marc de raisin, 1/3 fumier de nos moutons sans oublier quelques écorces de bois (toujours le même chêne, provenance noble pour vin d'esprit noble). Les écorces servent à aérer le compost.
J'ajoute également le compost ménager à base de nos épluchures de légumes etc.

J'ai aussi investi dans du matériel efficace pour le travail du sol, covercrop, intercep hydraulique...

Côté cave, je mets en place une organisation plus rationnelle : le manque de place (et pi la dalle est pas étanche, question lavage, ça complique) me pousse à trouver des solutions. Je vais donc vinifier une grande partie de mes vins (les rouges) en extérieur (ça c'est possible grâce au chauffage central), transférer le stockage bouteilles et le poste étiquettage-expédition dans la cuverie actuelle.
 Il faudra une sorte de auvent pour abriter cuves et pressoir de la pluie... et une petite dalle.

J'ai aussi installé une chaudière bois pour le chauffage central et le chauffage des cuves de rouge pendant les vinifications.

Pour les vinifications extérieures, je disais donc que c'est possible grâce à la chaudière, en effet, les vins rouges se vinifient à chaud, entre 25 et 35°C. Une cuve extérieure se refroidit trop pour permettre ces conditions d'où le chauffage.
J'ai d'ailleurs installé une première cuve de 50 hl dès cette année. Super simple à travailler, bien plus pratique que le garage des parents où je vinifie mes rouge pour l'instant... Pas de limite au niveau plafond (plusieurs milliards de kilomètres au dessus de ma tête suffiront bien largement à mon Ego... oups, à ma cuve de 3,5m de haut !!!)
 
Un bémol toutefois, j'ai bien failli mettre 5 tonnes de raisin par terre pendant les macérations : la cuve, posée sur des dalles en béton trop fines, a profité d'une averse intense pour ramollir le terrain sous ses pied, passer à travers les dalles et s'enfoncer dans la terre. Heureusement, elle était sanglée et je la soupçonne d'être allée se poser sur la roche mère pas très éloignée sous ses pieds. Quelle FRAYEUR quand je l'ai vue penchée avec toute la Rosette dedans...

Enfin, nous avons été quitte pour une après midi de travail pour la redresser, avec la marchandise à l'intérieur et encore quelques frayeurs...
Enfin, j'ai fait une porte de garage pour fermer une pièce devant ma cave, ce qui me permet d'agrandir  celle-ci pour y stocker les prochains millésimes de blancs en cuves... On pousse les murs !

Comme vous voyez, le domaine se mets en place gentiment mais surement... on a d'ailleurs (presque) fini la plantation sur le Coteau de Tupin en Côte-Rôtie. Ce sera l'objet d'un prochain article...

En attendant, après un hiver dur physiquement, je serai heureux de vous retrouver au salon de Seclin du 24 au 27 avril prochain. télécharger une invitation.

A très bientôt

Benoît ROSEAU